LE BLOG

Valérie Flipo

Cerisier

Cerisier : une émotion positive

5H30, pépiements de moineaux, flutements de merle, le jour se lève.   J’ouvre l’œil. Une boule feuillue verte « pépitée » de rouge surgit dans ma tête : c’est  l’appel du cerisier.  Il m’annonce une belle matinée. C’est la promesse du printemps.

L’affaire est entendue, ce matin j’escalade le cerisier. Mais pas tout de suite, je sirote le temps. Mille et une choses inutiles m’occupent distraitement. 11H, je marche vers le cerisier. Il est  là, serein, déploie ses lourdes branches vers moi. Juste tendre le bras pour se régaler. Pas encore. Le regarder. Il est beau.   Mon regard s’enfonce dans son vert agité par la brise.  Mes yeux ricochent sur les boules rouges vifs. Il offre sa beauté et sa générosité avec un tantinet d’extravagance cette année. Il est gorgé de fruits.  Ses bras invitent le passant à l’alléger de ce poids nourricier. Petits hommes, merles, régalez-vous.

Une minute. La cime de l’arbre vert profond s’imprime dans le bleu pur du ciel. Vert, bleu… et rouge. Je m’arrête sur les boules rouges. Rouge vif, rouge moiré, à chacune son goût. Les premières s’annoncent craquantes et acidulées, les secondes fondantes, sucrées prêtes à saigner à la première éraflure.

Il a fallu un an pour réussir ce tableau. L’hibernation crue et sèche, les prémices du printemps qui teintent les bouts des branches en  vert tendre, les bourgeons qui luttent contre les derniers assauts du gel, la valse des fleurs qui finit dans une pluie blanche.  Enfin, les petites boulent vertes qui mettront des semaines à grossir et rougir.

J’approche l’échelle. J’enfonce ses sabots dans la terre argileuse humide. Je grimpe et me noie dans le vert avec un œil sur les points rouges. Les cueillir avec la queue par respect pour les efforts accomplis et la beauté des formes. Une par une ou deux par deux pour les accrocher aux oreilles.   Enfin goûter. La première...  Fermer les yeux et faire silence. L’éclat de sa présence rejaillit à l’intérieur du corps. Et, parce que c’est la première faire un vœu de printemps.  La merveille est toujours au rendez-vous.